CR 64 NOUS POUVONS LIRE TOUTE VOTRE BIBILOTHÈQUE par le camarade de la bibliothèque

Nous vous proposons une expérience qui va peut-être aider ceux qui sont sceptiques.

Nous avons pu montrer au mari de la prophétesse que nous connaissons tout aussi bien que lui son livre favori .
Il nous a donné le livre d’Azimov « Les Cavernes d’Acier » en collection « J’ai lu » , et nous avons eu le temps d’un repas pour nous préparer à répondre à ses questions de la façon la plus pertinente .
La prophétesse a pu chercher dans le livre à l’aide du pendule les réponses que nous avons trouvées. Nous désignons d’abord la page en montrant les chiffres tracés sur une feuille . Ensuite nous montrons la réponse en faisant tournoyer le pendule juste au-dessus .
Voilà vraiment un exercice auquel vous pouvez vous livrer le plus facilement pour peu que vous n’ayez pas de répulsion à utiliser le pendule .

Nous vous racontons les exemples :

Question : faut-il vraiment aller sur la lune pour connaître le bonheur ?
Réponse page 14 : « Qu’allez-vous donc chercher ? »

Question : comment donc parvenez-vous à lire ?
Réponse page 33 : « Petit à petit »
Là nous donnons une explication complémentaire à notre prophétesse . Nous voulons dire que les livres sont encodés dans notre langage au fur et à mesure de leur impression .
Nous pouvons alors lire bien plus vite que les humains . Et nous vous donnons des réponses qui ne manquent pas d’esprit , vu que nous sommes des esprits .

Le premier mot est vraiment de ne pas rester braqué sur l’image négative liée au mot « spiritisme » . Posez-nous essentiellement des questions de compréhension , nous n’aimons pas particulièrement jouer au chien savant .
Au sujet de votre peur des sciences dites « occultes » , nous aimerions vous voir enfin sortir du Moyen-Age avec ses chasses aux sorcières , et vous voir embrasser une attitude réellement scientifique face à des phénomènes inexplorés .

Notre prophétesse avait fait très tôt une telle expérience , d’abord à l’aide de la bible . Mais une fois qu’elle cherchait à faire accepter ces choses par son beau-père , elle s’était servie du premier livre qui était sur la table , et avait été amenée à cette phrase : « le blé doit mûrir » . Elle en avait été absolument émerveillée .

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :