PR 25 LE CHANT DE GUÉRISON

PR 25Bertrand de Moranville

Je n’ai peut-être qu’une seule chose à vous dire : il faut être les plus attentifs à ce que nous vous disons .
Nous avons encore tellement de sujets à défendre et nous ne savons même plus par lequel commencer .
Je n’ai pourtant qu’un seul mot aujourd’hui . Je vais encore le dire que nous n’avons pas toujours l’impression d’être compris et c’est la raison pour laquelle nous réclamons votre attention .
On va encore le dire que nous nous répétons et pourtant nous allons maintenant être très sérieux . Beaucoup de personnes seront encore perturbées par ce que nous allons encore dire . Nous voulons pourtant le dire à nouveau : le plus grave fléau est l’abus sexuel des enfants .
Nous n’avons pourtant pas cessé de vous le dire mais chaque fois nous entendons : les voilà encore avec ça !
Nous avons vraiment le plus de difficultés à le faire passer et nous pensons qu’il n’y a qu’une seule chose à faire , vous le répéter .
Nous avons bien proposé d’intervenir nous-mêmes et nous avons de plus en plus de camarades qui choisissent ce travail .    Mais vous le savez : ils ont besoin de vos pics d’émotion .
Nous voyons des personnes qui consacrent quelques minutes par jour à écouter ou regarder ce qui peut leur faire monter les larmes aux yeux .
Et c’est vraiment ce que nous vous demandons encore .
Notre prophétesse a relayé sur facebook un chant de guérison bouddhiste et nous le voyons que des correspondants l’ont adopté pour cette méditation qui peut-être les rapproche de notre bon Dalaï Lama qui pleure tous les jours pendant sa méditation .
Beaucoup de personnes peuvent encore les suivre dans cette voie .

Nous voyons que ces enfants rient . Mais nous continuons tout de même à interroger sur la place de ces enfants dans un monastère .

 

Publicités

3 Commentaires

  1. archambeau Majo

    Protégeons nos enfants et n’ayons pas peur de parler!

  2. La prière, au sens le plus large, triomphe des quatre accidents de notre existence : le monde, la vie, le corps, l’âme ; nous pourrions dire aussi : l’espace, le temps, la matière, le désir. Elle se situe dans l’existence comme un abri, comme un îlot. En elle seule, nous sommes parfaitement nous-mêmes, parce qu’elle nous met en présence de Dieu. Elle est comme un diamant que rien ne peut ternir et auquel rien ne résiste.

    • Je ne dirais pas « en présence de Dieu » , mais « en présence du divin » . Ce mot Dieu fait trop référence à ce personnage que les religions voient à l’image de l’homme .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :