PH 136 PETIT SAMUEL

PH 136par Bertrand de Moranville

Nous voilà interpellés par une lecture de ce dimanche . Une maman prie pour avoir un enfant . Mais quand il est sevré , elle l’offrira , le sacrifiera en quelque sorte . Il ira vivre au temple . Il servira dieu .

Voilà que nous avons déjà dit que nous ne voulons plus voir d’enfants dans les monastères . Nous avons à nous réjouir qu’il n’y ait plus de ces pensionnats où les enfants doivent aller aux offices tôt matin . Nous avons fort heureusement progressé en quelques décennies .

Je pense avoir été moi-même un enfant « sacrifié » .
Y a-t-il une comparaison avec ce petit Samuel qui croyait que le prêtre l’appelait alors qu’il entendait de la même manière que j’entendais mon oncle à partir de mon onzième anniversaire ? Sans doute puis-je me permettre de faire aussi le lien avec Jésus qui dit à ses parents : Ne savez-vous pas que je dois être à la maison de mon père ?
Confondait-il son guide et ce dieu dont il entendait parler ? Nous en doutons .
Beaucoup à notre lecture s’adressent maintenant à l’oncle Paulin : Veux-tu bien être notre oncle , à nous aussi ?

Le prêtre qui officiait à la collégiale de la ville où vit notre prophétesse n’a ps du tout évoqué cette histoire du petit Samuel dans son prêche . Il doit laisser des paroissiens avec leurs interrogations .
Un enfant à peine sevré !
Voilà bien ce que des esprits bas ont exigé d’une maman , parce que d’autres avaient accédé à sa demande de l’aider à avoir un enfant .
Nous entendons un officiant en parler dans un autre lieu . Lui dit ne pas pouvoir accepter qu’on sacrifie un enfant .
Nous en parlons avec une personne qui a entendu le texte dans sa paroisse . C’est ainsi , dit-elle , les lectures sont imposées . D’autres ont essayé le dialogue et ont fini par y renoncer .

Nous savons que des enfants sont élevés pour être mis en première ligne de combat , que d’autres rampent dans des galeries de mines , et que bien des petites mains sont utilisées ; et nous nous associons au boycottage des marques qui n’ont pas le respect de ces enfants en exigeant la fabrication au prix le plus bas .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :