AM 118 ET MOI , JE RIS TOUJOURS

Novembre , décembre 74 (je le vérifie sur ma feuille de route) .  Institutrice intérimaire , je n’avais d’autre moyen pour redescendre , à 16 h , de Neuville en Condroz vers le Pont d’Engis , à proximité duquel j’habitais , que le stop . Le matin , mon mari (1er) me conduisait à l’école .
Je n’avais pas à lever le pouce bien longtemps . Une voiture , un camion … Pour une jeune femme de 25 ans , c’est facile de faire du stop .
Mais dangereux , direz-vous . Pour moi qui avait passé une jeunesse de coureuse des bois et des campagnes , sans le moindre ennui , redescendre en stop par les 36 tournants me paraissait encore bien moins risqué . Difficile de bifurquer vers une voie latérale sur ce trajet .
C’est pourtant ce que voulait me faire entendre un monsieur qui m’avait chargée . Mais ce qu’il disait ressemblait autant de la taquinerie qu’à de la mise en garde .
Aussi quand il m’a déposée devant chez moi , route de Ramet (alors que je sais maintenant qu’au Pont d’Engis , il aurait dû prendre la direction de Huy) , je lui ai lancé : « Vous voyez bien que vous ne m’avez rien fait ! »
Et lui : « Ho ! Si j’avais su !
Cette façon de s’esclaffer en faisant semblant de s’indigner , je la reconnais souvent aujourd’hui par télépathie , ce que je provoque le plus volontiers .
Quelques mois plus tard , alors que j’attendais le bus , une voiture bleue décapotable s’arrête et le monsieur m’invite à monter . Je m’excuse de n’avoir à faire qu’un trajet très court . Dans mon esprit , ce monsieur avait gardé l’étiquette « play boy » , sans que je fasse jamais le lien avec Monsieur « ho ! » . J’apprends aujourd’hui que c’est la même personne .
Ce deuxième épisode , je m’en sers pour parodier « la ballade de Lucy Jordan » , de Marianne Faitfull  :
« At the age of twenty seven , i realized i had ever road , through Engis , in a sportscar , with a warm wear on my hair » .
Il dit que j’avais une casquette .
Quant à l’épisode des 36 tournants , je l’ai souvent raconté en disant : « J’en ris encore .
Et j’en ris toujours .

Je vais maintenant lui demander sa version :

Nous étions là tous les 4 , un dimanche , à questionner des voisines . Elle ne l’a pas su .
J’ai su qu’elle redescendait de Neuville en Condroz en stop , aussi me suis-je arrangé pour la prendre . Gérard l’a fait aussi .
Avais-je réellement de l’inquiétude ? Je n’ai pas cette idée . Oui , je « l’asticotais » , comme elle dit souvent .
J’ai toujours retenu cette effronterie … oui , et moi aussi , je ris toujours .

Il y avait déjà ce lien ondulatoire dont nous vous parlons . Nous ne pouvons choisir une autre rubrique .

Illustration : peinture à l’encaustique appliquée au fer à repasser , grattée , motifs soulignés à la peinture pour verre . Titre : l’enlèvement .

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :