SOC 338 VOYAGE AU NÉPAL

Nous parcourons le livre de Louis Mahuzier « Chez les magiciens et les sorciers de l’Himalaya » . C’est un reportage qui date de 1977 ; L’auteur qui , apparemment , nous parle maintenant depuis l’au-delà , nous accompagnerait dans la rédaction de cet article .

– Je voulais d’abord rencontrer celles qu’on appelle là-bas « boksi » , les sorcières . Mais en rencontrer une est pratiquement impossible vu qu’elles se cachent . Nous avons dû nous contenter de témoignages à leur sujet . Elles peuvent réellement jeter des sorts et on les craint . . Mais on les consulte aussi , on leur demande de jeter un sort sur un homme qui nous a quittée …
Je ne le dis pas dans le livre mais j’avais entendu qu’elles savaient comment trouver une autre personne , avec qui l’on serait mieux .
Ce qui les amenait à cela , nous l’écrivons :
– «  Les dures épreuves , la solitude , ou purifient l’esprit , ou au contraire conduisent à la révolte , suivant l’éducation ou l’environnement familial .
Ainsi donc , les malheurs répétés , l’envie , la jalousie , la haine , le manque de contacts avec autrui , provoquent une réaction malsaine qui retranche davantage encore de la société .
On rend les autres responsables de toutes les injustices, de toutes les adversités et l’on finit par souhaiter leur malheur , leur ruine , leur mort » .

Voilà bien décrite l’origine du maléfice , contre lequel nous travaillons .

N’ayant pu en savoir plus sur ces « boksi » , on s’est intéressés à un certain nombre de rites .
On peut voir que l’émotion utilisée pour une guérison est souvent celle qu’on peut qualifier « de suspense » .
On y voit peu la joie , à part quand c’est un petit enfant qui se met à danser .
Les cérémonies rituelles sont toujours très recherchées , par les autochtones et aussi les touristes .
– L’élément « suspense » est-il bien ce qui en fait l’intérêt pour les étrangers ?
– Il n’est vraiment perçu que par les autochtones . Non , pour les touristes , ce n’est guère plus qu’un spectacle .

Vers la fin du récit ,  le rire est tout de même présent dans une fête d’un monastère : quatre bouffons faisant pitreries et cabrioles , quelques parodies … s’agit-il de détendre l’atmosphère ou a-t-on perçu l’importance des pics atteints en s’esclaffant ?

Nous pouvons voir d’où nous sommes que vos techniques de dessin partagé commencent à entrer là-bas . Ce seront des dessins en lien avec les différents cultes . Ce sera pour cette raison difficile à partager avec eux . Mais attendons donc …

– Essayons donc d’entrer par la technique du « remote viewing » dans la réflexion d’un moine accueillant des touristes et ayant de l’intérêt pour ce travail :

– Ce serait un bon moyen que le dessin associatif pour mieux expliquer notre religion à ces touristes .
Imaginons qu’un histoire de nos dieux leur soit racontée . On leur montre des représentations des divers avatars . Chacun peut en choisir un qu’il fera entrer dans la représentation des diverses péripéties .
Et moi je leur montrerai quelle est la leçon de morale de cette histoire .

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :