PH 363 CETTE NUIT , NOUS SOMMES ALLÉS À LA CHASSE À L’OURS

Réveillée par la mauvaise humeur d’une personne à son égard , votre rédactrice se met à converser avec elle – C’est une personne que nous connaissons , et nous concluons que sa difficulté est d’être traditionaliste . Il va essayer de tracer son labyrinthe .

J’ai besoin de converser un peu avec Bertrand.
J’ai comme un sentiment que ces similarités constatées dans des nombres , la numérologie , le yi king , c’est comme une respiration de l’univers …
Mais je n’ai pas envie d’entamer de telles études .

Et je me retrouve à converser avec une autre personne qui pense qu’elle l’étudierait si cela pouvait la faire gagner à la loterie .
– Peut-être que vous n’avez pas le bon projet … (des personnes ont gagné , se sont offert des vacances idylliques et se sont retrouvés plus malheureux qu’avant …)
– Ah !
– J’ai l’impression que Jules Verne n’avait pas compris . Mais demandons-le lui , on me dit qu’il est facilement joignable .
– J’ai entendu cette histoire d’un billet dont on était sûr qu’il gagnerait . Alors j’ai écrit cette histoire .
– Ce billet était-il aussi passé dans plusieurs mains ?
– Je n’ai pas su cela . J’ai donc imaginé le roman ainsi . Une inspiration pas tout à fait exacte , c’est peut-être cela .
En conversant par la reformulation de l’idée , mon correspondant finit par se retrouver face à un gros obstacle , comme un rocher sur son chemin .
– Et si on allait à la chasse à l’ours !
– Oui , j’ai entendu cette histoire …
– J’peux pas passer sur l’côté , j’peux pas passer d’l’autre côté …alors qu’est-ce que je fais ?
– Mais je ne peux pas escalader ce rocher !
– Et si la solution se trouvait dans ce jeu ?
– L’humour …
– Qui permet de relativiser . C’est dans ce but que nous avons les jeux verbaux , les impros …                     – J’ai à y réfléchir
– Identifier le comportement à problème . Alors tracer le labyrinthe . En se souvenant quand on a eu pour la première fois ce comportement , se trouver face au minotaure . Le laisser dans sa caverne pour remonter le fil d’Ariane …

Sortir de la caverne … Nous rejoignons Platon …

La chasse à l’ours : on n’y rencontre jamais l’ours , mais on s’y fait des amis . J’ignore si ceux qui l’on inventé ont pensé à un jeu aussi philosophique .

Les trois petites fées que j’ai nommées Pétronille , Primevère et Pâquerette m’attendent pour remplir leur bon office . Je vais retrouver un moment de sommeil . Alors que mon premier correspondant a compris le secret de la vrai prière : parler aux personnes de l’au-delà avec beaucoup de gentillesse . Il doit s’être bien rendormi .

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :