SOC 393 COMME BIBI

Voici ce qui m’est donné comme deux extraits d’un manuscrit de Zola non publié , et d’ailleurs non terminé , mais bien conservé . Je l’ai reçu à l’aide de notre méthode « livre » , mais je ne vous en donne que la transcription .

Il faut pour ces personnes quelques logements de dépannage et du calme .
– C’est ici qu’il faut venir chercher votre papa .
Il se pare et se coiffe avec soin .
Le vieil homme est assis à une table . Il semble avoir bu .
Il a surtout envie de parler de ses enfants .
Les frères n’ont aucun travail .
Cela le met en peine , et le désespère .
Il faudrait une centre de formation .
– Il faudrait examiner la situation lucidement . Ils parlent comme au pays , où ils sont restés .
– Ne peut-on les accueillir là où tu as ton emploi ?
L’aîné ne veut pas les recevoir dans sa maison à cause leurs mauvaises manières .
– Commençons par le plus âgé , dit le père .
– Non !

Il avait appris de sa maman et à l’école qu’il fallait se sentir gêné qu’on se présente à lui en étant différent .
On a à leur demander d’où ils sortent .
C’est désespérant . Ils n’ont appris qu’à jouer au ballon .
Cela me rend folle , disait sa maman . Qu’ils se débrouillent !
Il est tard pour les préparer à un avenir .

Mais malgré les embûches , on obtint une somme d’une relation . Cette personne l’avait admis après l’avoir d ‘abord rejeté .
Mais il faut lui rendre justice . Il n’avait pas connu son père , se demandant qui il pouvait être .

Il essayait de se comporter poliment et la dame allait lui préparer un bon repas .
– Parlez-moi de vos frères , demande le mari , et de l’endroit dont vous venez .
On avait reçu quelques lettres . Ils vivent dans un orphelinat .
– Votre père n’a plus de moyens ?
Il répond , angoissé , que son père n’est plus à même de fournir un travail et que son avenir est sombre . Il est à la merci d’un patron peu scrupuleux . Il casse des cailloux depuis l’année dernière .
On a pu tirer quelques personnes de la misère .
Le mari lui suggère d’être attentif à ce que demande la direction . On va lui demander quel travail le père pourrait faire .
Mais il se sentit comme si on voulait le prendre au piège . Il ne comprenait qu’une chose : ces personnes cherchaient à lui faire épouser leur fille .
Ils ont tous de telles idées .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :